Anecdotes


En pleine tempête de sable dans les dunes de Sandwich Harbour

Première anecdote du voyage, c'est le grand jour, nous sommes à Swakopmund. Nous nous rendons à Walvis Bay et au programme croisière en bateau avec à son bord moins de personnes comparer au catamaran. Croisière ou nous observons à l'état naturel les oiseaux marins : pélicans, cormorans, goelands, mouettes, mais surtout dauphins et colonie d'otaries à fourrure du cap (la plus grande des espèces d'otaries).

De retour sur terre direction le 4x4 Land Rover dans les dunes de Sandwich Harbour. Pour la croisière le matin mais aussi la veille sur la ville de Swakopmund, nous avons eu de la chance, en tant normal il y a toujours de la brume et quand nous sommes arrivés dans cette région, c'est grand soleil et grand ciel bleu, inhabituel ici. Pourtant, l'après-midi dans les dunes va être remplie d'adrénaline et de surprise. Si au début, tout ce passe très bien, l'eau monte vite et va compliqué l'accès, les chauffeurs ont l'habitude et l'expérience. Nous marquons quelques arrêts, il y a un vent de folie, dès qu'une portière est ouverte du sable rentre de partout, un gros manque de visibilité, il fait chaud et humide ! Une tempête se lève et nous nous retrouvons en pleine tempête de sable !

Les chauffeurs restent parfois bloqués en haut d'une dune car avec la tempête de sable, ils ne voient rien et en descendant il peut y avoir un trou invisible à cause du gros manque de visibilité. Le parcours habituelle n'est d'ailleurs plus praticable et les chauffeurs doivent improvisés un autre parcours pour redescendre avec prudence. Certains chauffeurs se trouvent coincés, enseveli sous le sable. Heureusement, ils pourront compter sur la solidarité de leurs collègues ou des collègues de la concurrence présente sur place. Après quelque frayeur sur des descentes bien raident avec la tempête, retour à la normale, la tempête se calme et libère les accès...place aux frissons !

Une tempête de sable est toujours très impressionnante...Peu importe, ces caprices de la météo ne durent pas…mais n’en demeurent pas moins très spectaculaires.

Une fois la tempête calmée, découverte de Sandwich Harbour, notre chauffeur nous fait traverser des dunes géantes. Les points de vue sont extraordinaires et les sensations uniques ressenties lors de ce type de conduite nous laisseront des souvenirs impérissables.

Brunch dans les dunes en fin d’après-midi, superbement organisé par nos pilotes, pour immortaliser l'instant. Après un petit brunch fort agréable et sympatique, nous avons eu la chance de voir un chacal dans les dunes en plein désert, pas toujours évident de le voir dans cet environnement. Vu aussi une autruche !

Fin d’après-midi, on quitte les dunes de Sandwich Harbour, non sans avoir auparavant admiré les merveilleuses couleurs des marais salants.

Un guépard à l'état sauvage

Ni dans une réserve, ni dans un parc, mais à l'état sauvage !

Départ très matinale de Rostock Ritz, pour observer le lever du soleil sur le tropique du Capricorne, route vers Swakopmund à travers le canyon du Kuiseb. Sur la route après une légère descente, coucher au pied d'un arbuste, un guépard. Nous faisons un stop, instant observation et picture, il se lève et s'éloigne, nous tentons une piste pour l'observer, nous le retrouvons de nouveau et le perdons ensuite. Un moment très court mais très intense, quelle beauté !

Un moment rare, d'ailleurs plus de guépard par la suite pour nous. La Namibie est le pays qui compte le plus de guépard, certes mais pour autant il n'est pas plus facile qu'ailleurs de pouvoir l'observer, l'étendue en Namibie est un facteur qui diminue les chances d'observation. Parfois on a la chance, parfois non !

Vraiment Inoubliable !

Le Service Vétérinaire

Lors de notre court passage sur la ville de Opuwo, nous faisons le ravitaillement alimentaire avant de rejoindre le parc National d'Etosha. Naturellement, pour les campsites (campings) nous achetons la viande pour le barbecue. Nous reprenons la route et marquons un arrêt obligatoire au service vétérinaire. Une femme représentant le service vétérinaire demande d'ou venons-nous ? Ou allons-nous ? Dans quelle camping ou lodge allons-nous ? Vient ensuite la question avez-vous de la viande ? Et la boum...oui nous avons acheté de la viande sur Opuwo.

La représentante nous explique calmement qu'il est interdit de transporter des viandes en provenance du Nord du pays vers le Sud (pour des raisons sanitaires) donc vers Etosha. Elle nous laisse le choix de cuire nos viandes avant d'entrer sur Etosha ou de la détruire sous nos yeux en la brûlant. Les deux solutions ne nous conviennent pas, la première nous fait clairement perdre du temps et la seconde c'est tout simplement du gaspillage alimentaire. Il est convenu avec la représentante qu'elle récupère la viande pour elle et les siens, on l'a sent très embarassé par la situation mais elle doit faire son travail. Après le contrôle, nous avons le feu vert pour repartir, la viande sera récupéré par la représentante du service vétérinaire. Nous avons pris cette anecdote avec beaucoup d'humour, à Etosha nous avons rachetés de la viande et nous espérons que le service vétérinaire c'est régalé avec notre viande offerte gracieusement (rire).

Juste après le service vétérinaire, au bout de quelques minutes, nous atteignons la porte Andersson's pour entrer dans le parc d'Etosha, et attaquer la partie Ouest pour rejoindre notre campsite Olifantsrus.

Un troupeau d'une quarantaine d'éléphants hyper en stress

Première après-midi à Etosha (Ouest)

Nous avons pu observé beaucoup d'animaux particulièrement, un troupeau d'une quarantaire d'éléphants très stressé (fixation du regard de la femelle dominante vers nous, transpiration apparente sur tous les éléphants, la présence de beaucoup de petits, stéréotypie...) et qui se dirigeaient au point d'eau. Il y a souvent deux femelles dominantes, mère-fille, soeurs...l'une ouvre la marche c'est l'éclaireuse et l'autre ferme la marche. La femelle dominante qui ouvre la marche était trop stressée ce jour-là par notre présence, le troupeau voulait traverser pour se rendre au point d'eau, elle a menacé de charger le véhicule si on ne reculait pas. On s'excécute et on rebrousse chemin, notre but n'est pas le cliché photo choc qui fera sensation dans le monde, mais bien d'observer la faune sans la déranger et toujours avec un profond respect. Après les avoir longtemps attendu au point d'eau lorsque le troupeau arrive, il est l'heure de partir pour rejoindre notre campsite (camping) Olifantrus avant la fermeture du parc.

Un mâle rhino noir qui déboule sur la piste

Sur la piste nous faisons route pour le campsite d'Olifantsrus, cacher derrière un buisson déboule sur le bas côté un rhino noir, grosse frayeur !

Les rhinos ont une mauvaise vue mais ils entendent très bien. Cacher derrière un buisson ce rhino ne nous a pas vu !

Nous avons pû l'éviter, plus de peur que de mal, il n'a pas était taper par le véhicule et heureusement....Grand soulagement !

Un très beau mâle dont on se souviendra longtemps !

Nous arrivons 5 minutes avant la fermeture sur notre premier campsite à l'intérieur d'Etosha.

Première journée de safari sans félin mais à 2h30 un signe de sa présence

Au cours de cette première journée, nous avons observé beaucoup d'animaux : girafes, éléphants, gnous, springboks, aigle, zèbres des plaines et zèbres des montagnes...mais aucun fauve à l'horizon !

Dans ce voyage, je comptais au moins voir un lion mâle dans la force de l'âge, en Afique du Sud nous avions eu la chance d'observer une grande troupe de femelle, une autre fois des jeunes mâles, mais aucun mâle dans la force de l'âge. Cette première journée ne sera pas le jour de cette rencontre tant attendu !

Il est l'heure de sortir du parc, de préparer le campement pour ce soir. Après le repas, il est temps de rejoindre le point d'eau d'Okaukuejo, nous observons springboks, girafe, une femelle rhino noir et son petit, éléphants, une énième super soirée mais toujours pas de lion et il est temps d'aller dormir. Il est 23h dodo !

A 2h30 du matin, je suis réveillée par les rugissements d'un lion, clairement il appelle les femelles et il fait le tour quotidien de son territoire. Je me dit lève toi, va au point d'eau, peut être il y passera, mais lève toi pour ne pas te dire à la fin du voyage "mince j'ai pas vu de lion sur 3 jours et demi dans Etosha". Cette nuit là, je les entendu et pour n'avoir aucun regret, je me suis levée pour peut être enfin le voir.  J'ai filé en pyjama (chaud) au point d'eau, caméra et lampe torche à la main. Je me suis posé sur un banc et j'ai attendu. A 3h30 quatre femelles arrivent au point d'eau pour s'abreuver, très contente d'être venu pour voir ce spectacle si beau, de plus je suis seule une rencontre privilégié. Les bancs sont vident, les gens et les miens dorment, je me dis à cet instant, je ne suis pas venu pour rien, j'aurai au moins vu les femelles. Je me dit peut être que le mâle va les rejoindre, il est entrain de faire son tour de territoire quotidien. Et bien non...rien...mdr...je l'entends parfois rugir mais il n'apparait pas et ne se montrera pas !

Louper...encore !

Impossible de me rendormir, il est 4h45, je retourne sur le camp et sachant que les miens vont se réveillé à 5h, inutile d'aller dans la tente, direct douche et préparation du petit déjeuner. Malgré une nuit quasi blanche, je suis réveillée et motivée, toujours de très bonne humeur, l'humour au rendez-vous pour raconter ma nuit avec les lionnes et le faux plan que le lion m'a posé. Pour autant, aujourd'hui sera un nouveau jour, c'est la nature qui décide ce que l'on peut voir ou non, et peut être que ce jour basculera dans la chance côté lion.

La rencontre tant attendu avec les lions arrivent !

Et bien oui avec de la patience, la récompense arrive enfin après une nuit quasi blanche...

C'est le grand moment, un lion a était vu, c'est donc un départ immédiat pour partir à sa rencontre. Lorsque nous arrivons sur place, il est 15h30, il y a beaucoup de voiture, pour autant hors de question de le louper, je ne sais pas si j'aurai encore cette chance ou non par la suite. Il est exclu de partir sans l'avoir au moins vu. Nous nous frayons un chemin et c'est le paradis. Le moment tant attendu est sous mes yeux, un peu loin mais gérable. Un mâle en pleine force de l'âge, il est seul et couché sous un arbuste. Il va nous offrir le plaisir de se lever pour se montrer quelques minutes et partir sans doute chercher un peu de fraîcheur.

Le bonheur...Photos et vidéos oblige !

Le lendemain :

Deux frères lions sont repérés...nous sommes déjà sur place...là c'est pas un mais deux lions, pour moi c'est royal. Ils sont couchés quasi l'un contre l'autre, en pleine force de l'âge, l'un d'eux le plus proche des deux par rapport à nous, lève parfois la tête. Ils sont superbes ! Appareil photo à la main j'immortalise le moment. Ils sont beaucoup moins loin que le lion qui les suivra, dans cette zone à l'abri des regards et bien planquer, ils sont tranquille, peu de véhicule présent de plus fallait l'oeil !

Nous avons pris tout notre temps, même si les pachas n'ont fait que dormir comme d'habitude (rire), en même temps c'était l'après-midi vers 14h et il faisait chaud.

Un vrai régal mais ce n'est pas tout !

Nous continuons ensuite notre route, et de nouveau un autre lion a été repéré tout proche de nous, on fonce cash !

Lorsque nous arrivons vers 15h, je le vois, un peu loin, à l'horizon, je tente quand même photos et vidéos, mais c'est l'après-midi il fait chaud, la luminosité est forte pas top pour les photos surtout si loin. Je ne traine pas il est debout, il ne cherche qu'à se recoucher à l'ombre. J'ai le temps de lui tirer le portrait !

Trois lions dans la même après-midi et 4 lions au total pas mal non ? Sans compter les lionnes !

Rencontre privilégié avec une femelle rhino blanc et son petit

Un matin de bonne heure, sur la piste, nous tombons sur une femelle rhino blanc et son petit entrain de brouter. Nous restons à distance. Le petit nous observe beaucoup, avec insistance, il nous fixe, il est curieux, tellement curieux qu'on a l'impression qu'il découvre un 4x4 pour la première fois. Il ne manifeste aucune peur ni crainte. La mère est vraiment de toute beauté ses cornes sont magnifiques !

Son petit lui court après, cherche à jouer, il est si jeune et si beau !

Elle ne bouge pas mais quand son petit tente une approche vers nous, sa mère s'interpose, elle nous fait comprendre que nous devons nous déplacer. On s'exécute et un peu plus loin, le petit ne tente plus de nous approcher alors la mère nous autorise à rester les observer à distance. Les rhinos ont une mauvaise vue en revanche, ils entendent très bien. Nous avons adoré ce moment privilégié nous étions seuls. C'est la seule fois du voyage ou nous avons vu des rhinos blancs, tous les autres que nous avons vu étaient des rhinos noirs.

Un pur moment de bonheur et de régal !

Une femelle léopard couché sous un arbuste

Aujourd'hui, nous cherchons un léopard et nous sommes dans sa zone, dans le 4x4 nous sommes tous à l'affût !

Tout le monde est motivé, concentré, tout le monde cherche dans le calme et le silence. Débusqué un léopard n'est pas simple, ça demande une cohésion d'équipe, une bonne vue, des connaissances sur l'animal et son environnement, de l'expérience, le facteur chance, une observation intense, une vitesse très réduite. Il se camouffle à merveille dans le décor si bien qu'on peut passer devant sans le voir. Dans la voiture, nous sommes passionnés par l'animal !

Alors que nous roulons sur la piste, j'observe sans relache, j'aperçois très rapidement comme un balancement d'oreille ou de queue. Trop rapide pour identifier mais j'ai vu quelque chose bouger, marche arrière oblige, observation et...rien de rien. Je me dis c'était peut être une branche qui a bougé avec un petit coup de vent. J'ai quand même un gros doute, est ce que j'ai vu ce que j'aurai voulu voir ? Est ce que j'ai réellement vu mon félin Africain favori ? Ou pas ?

Derrière nous juste un 4x4 appartent à une réserve privée.

Dans l'immédiat c'est un Mystère sans réponse !

Nous tombons sur un dik-dik et après un tour complet sur la zone, nous constatons que le 4x4 derrière nous, ne l'est plus depuis l'endroit ou j'ai observé un mouvement. Nous arrivons de nouveau sur le lieu et bingo le 4x4 est là, mais il est à l'opposé de l'endroit ou j'ai vu quelque chose. Il roule maintenant face à nous. Nous nous arrêtons pour demander au chauffeur ce qu'il a vu sa réponse est LEOPARD !

Je suis assise à l'arrière, j'ai décollé du siège, contente de l'avoir débusqué plus tôt, et dégouté de ne pas l'avoir vu alors que je l'avais moi même débusqué. J'avais peur que ce léopard n'apparaisse plus, tellement rare.

Le chauffeur explique ou il est mais nous ne trouvons pas, finalement le chauffeur nous emmène à l'endroit exact et là c'est l'émerveillement !

D'abord surprise par les bruits de notre 4x4, elle finit par se réveiller sans doute en sursaut, en tout cas elle fait un bond (whaou!), et s'éloigne un peu.

Le 4x4 de la réserve part, nous la retrouvons avec un peu de chance, un peu plus loin et nous passons un très long moment à observer cette jeune femelle jusqu'à ce qu'elle décide de partir. A cet instant, nous serons seul avec elle pendant un long, très long moment. Elle nous offrira en plus du saut involontaire, une séance toilette !

Picture oblige !

Jumelle à la main, elle n'a pas un poids ou une taille de mâle, c'est donc une fifille, elle a pas de blessure apparente, un nez rosé (signe de sa jeunesse)...Elle est trop belle, c'est juste magnifique et formidable !

C'est pour cela que le 4x4 n'était plus derrière nous, si on remonte en arrière en rembobinant, j'ai bien vu la léoparde, quand nous sommes partis, elle a traversé la piste derrière nous pour se coucher sous un arbuste, le 4x4 à fait un demi-tour pour pouvoir l'observer de l'autre côté de la piste.

Une rencontre privilégié pour 8 personnes seulement, un moment intense et unique, beaucoup de frissons et d'émotions (j'avais les larmes aux yeux).

Qui a volé mon Chutney (sauce souvent aigre-douce) ?

Alors que nous sommes en randonnée dans le Waterberg, nous nous dirigons vers le plateau, petite ascension. Vu les babouins, le daman des rochers et sa colonie, lézard. De la haut une superbe vue sur les roches, les plaines, à couper le souffle !

Une fois de retour sur le camp, nous sommes accueillies par une famille de phacochère non craintif et nous apprenons que la troupe de babouins présentent dans le coin a attaqué le camping. Chez nous pas de gros dégâts mais le mâle dominant a était aperçu avec mon chutney dans les mains...(Rire). C'est notre dernier jour de voyage, de retour sur Windhoek je rachète un CHUTNEY !

Retard de notre dernier vol retour (Zurich-Nice)

Nous devions arrivés à l'aéroport de Nice pour 15h.

Notre voyage sera prolongé !

En effet, à Zurich nous sommes cloué au sol pendant 1h l'avion ne peut pas décoller la cause le vent !

Décollage avec une heure de retard mais bien arriver à Nice pour 16h du coup.

J'aime mieux cette situation au retour plutôt qu'à l'aller vous comprendrez pourquoi !

 

Date de dernière mise à jour : 02/09/2018