Anecdotes

Record d’anecdotes au Porto Jofré

Notre premier jour de recherche pour le jaguar sera marqué par une anecdote, en effet le matin nous avons cherché le jaguar de 6 h à 12 h. Nous avons pu observer une femelle jaguar marcher le long de la berge (photos oblige !). Nous rentrons pour le déjeuner et repartons à 14 h pour chercher le jaguar. Vers 17 h on s’apprête à faire le chemin retour déjà bien entamé et là à 15 minutes à peine de l’embarcadère, le bateau tombe en panne d’essence. Le pompiste n’a pas mis assez d’essence le matin même. De nature philosophique, je dédramatise tout de suite la situation et fais confiance au pilote et aux équipes sur place. Sur le bateau l’humour prend toute sa place. Rapidement un bateau qui rentrait également nous récupère pour nous ramener.

Notre dernier jour pour débusquer le jaguar sera une poisse (personne n’a vu de jaguar ce matin-là juste entraperçu) et une grosse partie d’humour avec une panne de moteur. Nous étions en train de naviguer et aucun des pilotes n’avait repéré le jaguar. Le pilote de notre embarcation veut tenter d’aller chercher dans une autre zone. J’ai une grosse envie de faire pipi ! Je me retiens depuis déjà longtemps, je ne veux pas perdre de temps pour trouver au moins notre dernier jaguar. Mais j’en peux plus ! Pour les hommes c’est facile d’uriner sur la rive mais pas pour les femmes (rire !). Le pilote propose une halte dans une pousada pour me soulager et bien sûr j’accepte. Direction nouvelle zone de recherche et halte dans une pousada mais vlan…panne de moteur !

Le pilote a tout mis en œuvre pour réparer lui-même et trouver des solutions mais là il fallait une intervention extérieure. Il a réussi à s’approcher de la rive puis il est allé observer une zone où il n’a pas l’habitude de débarquer ses passagers. Il me dit que je peux y aller. Je lui fais confiance et je m’exécute. Pas franchement rassurée pour autant d’avoir toutes ses herbes hautes qui cachent la visibilité, de plus étant assisse un prédateur pourrait me confondre avec une proie. Je n’ai jamais fait un pipi aussi rapide de toute ma vie et je suis retournée au bateau illico presto comme un capibara qui retourne vite fait bien fait dans la rivière Cuiabá. Quelques minutes plus tard nous sommes sur un nouveau bateau avec notre pilote, l’autre bateau sera quant à lui remorquer.

Là aussi il faut relativiser, ça arrive des problèmes techniques mais quand les équipes sont réactives ça ne pose aucun souci. Je félicite le Porto Jofré pour sa capacité à agir bien et vite lorsqu’il y a des soucis techniques. Le plus frustrant ce jour-là n’était pas la panne de moteur mais de ne pas avoir vu un dernier jaguar avant de partir, ce n’était pas notre jour voilà tout. Sans aucune rancune !

Un peu plus tôt dans la matinée, avant la panne moteur nous étions en train de naviguer quand tout à coup un poisson surgit de l’eau et tombe sur le bateau juste à nos pieds. Sursaut sur le moment…vient le temps d’une photo et d’une relâche à l’eau.

Le jaguar à l'affût d'un capibara en vidéo ici

Rencontre avec un caïman chassant à Curicaca

J’étais aux abords de la rivière, je venais de voir les loutres géantes nager, tout de suite je prends caméra et appareils photos. Le temps d’une photo et j’entends un gros bruit sourd, je vois sortir de l’eau un caïman assez massif (pas le plus gros que j’ai vu) et qui s’approche de moi presque en courant. Je reste à l’écart mais mon attention se porte désormais sur lui. En fait il venait de chasser un poisson qu’il a d’ailleurs dévoré devant nous. Il n’était qu’à 10 mètres de nous bien qu’on est eu des caïmans à 1 mètre de nous par la suite. Nous l’avons vu attraper le poisson, se nourrir et repartir !

Le caïman chassant un poisson en vidéo ici

Nos hébergements

Nous pensions partager notre chambre à deux et bien nous nous sommes trompé, dans tous nos hébergements, nous avons cohabité pendant deux semaines avec la faune sauvage. En effet nous observions la faune extérieur mais aussi  à l’intérieur de nos chambres (fourmis, araignée, moustiques, grenouille). Même pas peur dans la nature, il faut s’attendre à tout c’est tout normal d’y trouver des bestioles dans les chambres. Les moustiquaires sont partout aux fenêtres ce qui limite le nombre de moustiques, il y en a peu dans la chambre et si on ferme la porte rapidement peu de chance d’en laisser passer d’autres. Pour notre part aucune piqure de moustiques ou pas senti, ils semblent moins agressif et moins coriace qu'en France bien qu'ils soit bien + nombreux. Le plus marrant reste la première fois à Curicaca Lodge, la chambre était au top du moins pour nous mais lors du premier besoin naturel surprise ! Je lève la lunette des toilettes et la…sursaut…une grenouille qui sort du cabinet (rire !). Pas peur des grenouilles je les pris avec beaucoup d’humour mais quand on n’a pas l’habitude ça surprend. Les grenouilles passent par les canalisations bon à savoir !

Rencontre avec le serpent jaguar le plus gros au monde l’Anaconda

Le jour se lève sur la propriété de Pouso Alègre et nous n’avons aucune idée de ce que nous découvrirons ce matin-là. Nous partons en balade à pied au petit matin à la fraiche, nous observons différentes espèces d’oiseaux dont un couple d’aras bleus, des perruches et le petit toucan. Vers 10 heures nous sommes informé qu’un pantaneiro à vue un anaconda jaune se diriger sous un arbuste afin de se protéger de la chaleur. Nous nous rendons immédiatement sur le lieu qui n’est qu’à quelques mètres de nous. Je regarde sous l’arbuste et je vois l’anaconda tout enroulé, je décide de passer un moment assisse  et d’attendre qu’il daigne sortir. J’en profite pour prendre quelques photos.

L’anaconda quand il fait trop chaud à l’habitude de se cacher sous les arbustes et pour qu’il en sorte deux options soit il avait déjà mangé donc un risque de ne pas le voir sortir soit il n’a pas mangé et peut être cherchera-t-il à manger plus tard quand la chaleur tombera. Il peut aussi sortir pour se réfugier sous un arbre plus grand s’il fait trop chaud sous l’arbuste. Vers 11 heures je décide d’arrêter d’attendre en plein soleil et je me dis que je passerai régulièrement voir s’il a bougé ou non. Je retourne sur les lieux vers 13 heures et je constate qu’il est toujours là…je suis rassurée ! Vers 16 heures nous revenons en voiture d’une autre balade à pied de l’autre côté de la propriété.  16 h 30 j’approche de l’arbuste avec une boule au ventre de peur qu’il ne soit trop tard et qu’il soit parti. Je regarde et je le vois ouf !

Maintenant je croise les doigts pour qu’il sorte soit pour changer d’arbre soit pour aller manger dans le marécage. Je m’assois sur un tronc d’arbre juste en face à 1 mètre de l’arbuste et j’attends, maintenant plus question de bouger et les minutes se transforme en heure. Presque à 17 h l’anaconda commence à bouger, je me lève et prépare la caméra et les appareils photos. A 17 h il sort de l’arbuste et fait son apparition, j’aperçois sa tête et il se montre entièrement devant moi ouf…un grand moment pour moi qui rêvait d’en voir un à l’état sauvage !

Privilégier car personne d’autres que nous ne l’a vu ramper pendant 30 minutes sur 100 mètres environ à seulement 1,50 mètres de nous au coucher du soleil. Un moment de bonheur sans aucune peur ni crainte. Je ne me suis senti à aucun moment en danger mais je gardais une distance par prudence et respect. J’aime l’appeler le serpent jaguar par sa coloration et ses taches ressemblant à celui-ci. Il est très difficile de voir l’anaconda à l’état sauvage, il passe la majeure partie de son temps dans l’eau des marécages et avec la couleur de la flore il se fond dans le décor ce qui rend compliqué son observation. Sur terre c’est plus simple mais ça reste un moment rare. Il existe deux anaconda le jaune et le vert, le vert est plus gros donc plus impressionnant mais le jaune est plus beau par sa coloration. Au Pantanal on trouve le jaune et en Amazonie le vert. Plus tard dans la soirée nous aurons la chance de pouvoir observer le petit fourmilier en nocturne.

L'anaconda en vidéo ici

Présence de la chaine BBC

Pendant tout notre séjour la chaine de documentaire BBC était présente et tournait un reportage sur le jaguar.

Tournage de la bbc 1 Tournage de la bbc 2

Date de dernière mise à jour : 02/09/2015

×