Notre voyage au Pantanal

Le Pantanal est fait pour les amoureux de la nature, les passionnés de photos et/ou de vidéos et ceux recherchant l'aventure et le dépaysement. Un vrai paradis pour les animaux sauvages, les oiseaux et l'aquaculture. Les paysages, lever et coucher du soleil sont magnifiques. En pleine nature, vigilance et attention sont requise! Il faut faire attention à tout et tout le temps, le danger est partout et pour limiter les risques d'un danger mieux vaut regarder ou l'on met ses pieds, ou on s'assoit et ou on s'arrête, sans cela un accident peut vite arriver. Sans faire de paranoïa pour autant soyez juste prudent et respecter l'environnement c'est important!

Nous avons assisté à un film grandeur nature pendant deux semaines et je suis tombée littéralement amoureuse du Pantanal!

"On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont
les animaux y sont traités "

Gandhi

 

Au cœur d’une nature préservé, nous avons pu observer la faune: cinq jaguars à 25 mètres du bateau au Porto Jofre (dit Porto Jofré). Août et Septembre sont les périodes les plus propice pour l'observation des jaguars. Trois tapirs sur trois endroits différents (un sur la transpantaneira dès notre premier jour, un brévement de nuit à Pouso Alègre et un dernier en train de nager dans la rivière proche de Santa Tereza). Le grand et le petit fourmilier en nocturne, le grand et le petit toucan (tucano en portugais), l'anaconda jaune à 1,50 mètres de nous, beaucoup de caïmans (jacaré en portugais). Les nombreux oiseaux (vu 39 familles et 77 espèces différentes) : jabirus (le plus grand oiseau du pantanal et son emblème), hérons, cormorans (avec leurs cris qui ressemble à celui de l'hippopotame), spatules, aras, perruches, martin pêcheur, buse à tête blanche...porc-épic, capibaras, singes (capucin et macaque) et entendu le singe hurleur. Les loutres géantes sur les rivières à Santa Tereza, Sao Cristovao et sur la rivière Cuiabá à Porto Jofré. Vu aussi poissons, coatis, renards, cerfs, tortues, chouette sans compter les bébés caimans...

En parlant du jabiru nous avons vu un couple à Sao Cristovao et à Santa Tereza (dont une portée de 4 petits) mais aussi lors de nos excursions sur les différentes rivières. Revenons sur les jaguars, dès le premier jour en fin de matinée nous avons vu une femelle marchant le long de la berge. Plus rien pour l'après-midi. Le lendemain matin, nous avons vu un mâle qui avait chassé et que nous avons vu coucher avec le ventre bien remplit par son butin de la nuit. En fin de matinée, nous repartons pour déjeuner et on tombe sur un jaguar mâle coucher face à nous (en privilège nous étions seul à l'observer, cette fois à 20 mètres de nous). Nous partons déjeuner et dès 14 h c'est reparti pour trouver le fauve. Moins de 5 minutes après avoir quitté l'embarcadère, on tombe sur une femelle jaguar à l'affût d'un capibara au bord de la rivière. La femelle en hauteur cherche à chasser mais çe sera pour une autre fois, elle a essayé à gauche puis à droite sans se faire reperé mais elle sentait que le combat était perdu d'avance, le capibara étant trop près de l'eau, il prendrait la fuite facilement (cette scène s'est déroulé sous nos yeux émerveillées à 20 mètres de nous et une fois de plus, nous sommes resté seul un long moment avant d'être rejoint). Le jaguar utilise une méthode de mise à mort totalement différentes des autres félins (qui mordent à la nuque) : lui il mord directement dans le crâne de sa proie et livre un coup fatal au cerveau.

Les animaux sont aussi représentés sur les six billets brésiliens (Reais) on trouve un poisson (le mérou) sur le billet de 100, le mythique jaguar sur celui de 50, le singe (tamarin doré) sur celui de 20, le ara sur le billet de 10, le héron sur le billet de 5 et la tortue sur celui de 2.

Repas : du poisson bien sûr avec le pacu (Poids moyen: 10-12 Kg. La taille minimum qu’il doit faire selon la loi pour pouvoir être pêché : 45 cm. Saison de pêche : Toute l’année avec néanmoins une période d’interdiction pendant quatre mois du 1 er Novembre à fin Février (qui correspond à la période de reproduction de beaucoup d’espèces de poissons d'eau douce). L’appât : des pâtes, du poisson, du mais cuit, du crabe. C’est un poisson absolument typique pour la pêche et l’aquaculture brésilienne. Dans le Pantanal du Mato Grosso on le trouve en abondance, faisant une taille jusqu’à 70 cm. C’est un poisson omnivore, qui s’alimente de fruits et feuilles et d’autres poissons. Sa coloration peut varier selon l’environnement où il vit.

Le pintado (Poids moyen : 20 Kg. La taille minimum qu’il doit faire selon la loi pour pouvoir être pêché : 85 cm. Saison de pêche : Toute l’année hors période d’interdiction (du 1 er Novembre à fin Février: période de reproduction). L’appât : du poisson vivant, des grenouilles. Le Pintado c’est un des poissons d’eau douce les plus importants du Brésil. Par son excellent goût et pour être très cherché par les pêcheurs. Il peut atteindre plus d’un mètre de longueur et peser jusqu’à 40 Kg.

Egalement du piranha (Ce si connu poisson des eaux sud-américaines, c’est le poisson d’eau douce le plus féroce que l’on trouve au Brésil). Avec sa taille qui ne dépasse pas beaucoup les 50 cm, il vit en groupes et attaque avec vitesse d’autres poissons qui entrent dans son territoire. On le pêche dans beaucoup de régions au Brésil, mais le Pantanal et l’Amazonie sont ses habitats principaux. Il joue également un rôle d’importance dans la cuisine typique du Mato Grosso, ou il est préparé en sorte de bouillabaisse ou en soupe. Du bœuf en ragout ou en steaks, des fruits aussi délicieux les uns que les autres : fruit de la passion, papaye, mangue, ananas, orange, pastèque, melon, pomme et banane verte. La coco est terriblement bonne à boire (rafraichissante et agréable) et la chair…hum!!

Le café est très bon particulièrement à Curicaca et à Sao Cristovao

L’alcool local le cachaça est une eau de vie brésilienne (l'alcool est obtenu grâce au jus de la canne à sucre brésilienne), un verre de cachaça coute environ 10 reais (moins de 4 euros). Le cachaça est l'ingrédient de base du cockail local le caipirinha. Le caipirinha est composé de citron vert, de cachaça et de glaçons, il coute environ 10 ou 12 reais (4 euros maxi) selon la taille.

Climat en Août (chaud et sec) prévoir vêtements manches longues, lunette de soleil, casquette ou chapeau, crème solaire et répulsif anti-moustiques.

Au programme pour nous ballade à pied, en bateau (moteur et rame), à cheval et en 4X4

Nos Hébergements:

- Curicaca Lodge (lodge en forêt) mon avis sur Tripadvisor ici
- Santa Tereza (nous n'avons pas adhérer à l'esprit business) mon avis Tripadvisor ici
- Pouso Alègre (fazenda de charme) mon avis Tripadvisor ici
- Hôtel Porto Jofré (excellent lodge haut de gamme) mon avis Tripadvisor ici
- Sao Cristovao (ferme typiquement local nous avons adoré)

Sao Cristovao: Je laisse mon avis ici car non répertorié sur Tripadvisor ceux qui ne veut pas dire que c'est un mauvais hébergement bien au contraire. Accueil agréable, propriété de 5000 hectares magnifique, la vrai ferme traditionnelle, un hébergement typiquement local pour ceux comme moi qui adore le côté traditionnelle et non moderne. Ballade à cheval inoubliable, une première montée à cheval pour mon fils. Repas préparé par la propriétaire délicieux. Chambre propre, simple et calme. Hamac devant la chambre agréable. Prise 110 V. Ventilateur et clim. Proche de la rivière, ballade en bateau à rame très bien, le Pantaneiro (Cowboys du Pantanal) était discret gentil et agréable. Ballade à pied au top comme tout le reste. Vu beaucoup d'oiseaux, des loutres, des caimans et des singes capucins. Ce n'est pas l'endroit ou l'on a vu le + de faune (mammifère) mais un endroit qui reste magique. Dégustation de lait de coco avec ensuite la chair, un régal local grâce au savoir faire du pantaneiro. De la culture médicinale également grâce aux nombreuses connaissances et expériences du pantaneiro. Je retournerai volontier dans cette fazenda qui reste pour moi la plus locale.

Merci à Paolo, son épouse et au pantaneiro.

Aventure, nature, dépaysement, retour aux sources, faune et flore abondante, photos et vidéo tout y est. C'est un film à ciel ouvert et en continue qui ne s'arrête que lorsqu'il faut rentrer. Le Pantanal est un paradis pour les passionnés de photos et/ou de vidéos animalières, pour les ornithologues et pour les amoureux de la nature.

Tout le monde a droit un moment donné à un moment privilégié avec un ou plusieurs animaux, pas forcément celui qu’on aurait souhaité mais la nature vous offre ce cadeau alors il faut savoir s’en contenter et l’apprécier. J’ai eu beaucoup de chance de partager un moment privilégié seule face à face avec un anaconda jaune à 1,50 mètres de moi. J’ai eu de la chance de pouvoir observer un jaguar à l’affut de sa proie (capibara) qu’il n’a pas pu chasser car l’endroit n’était pas propice pour lui et aurait facilité la fuite de sa proie. On ne voit pas ses scènes de vie tous les jours ! Habituellement le jaguar marche ou dors le long des berges. Certains voit les petits, d’autres des scènes de reproduction ou de lutte pour le territoire mais toutes ses scènes sont rares faut le savoir. Beaucoup de chance d’avoir vu les deux fourmiliers et trois tapirs le tout en deux semaines. Beaucoup ont moins de chance quand d’autres en ont davantage, c’est la nature qui décide ce que vous pouvez voir ou non, l’homme n’a aucun contrôle même s'il contribue au destin d’un éventuelle rencontre. Je n’ai malheureusement pas vu l’ocelot, ni le puma, ni le Tatu (j’aurai pourtant voulu !) alors que d’autres les ont vu. Très contente d’avoir eu des moments privilégiés avec mes animaux favoris (jaguar et anaconda). A chacun son ou ses moments de bonheur avec la faune, à chacun sa ou ses rencontres privilégié ou vous êtes seul à seul avec l’animal, à chacun son voyage et ses souvenirs mais c’est toujours unique !

Pour nous tout était parfait, c'était un fabuleux voyage avec aujourd'hui pleins d'images dans les yeux, des souvenirs, des rencontres, une merveilleuse destination avec une flore impressionnante et une faune abondante...

Un film grandeur nature qui malheureusement a pris fin en repartant mais qui restera un film unique qui ne s'effacera pas !

Nous avons repris l'avion pour Cuiabá après dégustation de canne à sucre sur la route. Nous prenons notre vol Cuiabá/Sao Paulo. Arrivée en début d'après-midi nous prenons un taxi ( 17 euros pour 15/20 minutes de trajet) pour nous rendre à l'hôtel Ibis Guarulhos et y passer notre dernière nuit au Brésil.

Vous êtes passionnés de photos et/ou de vidéos d'animaux sauvages et/ou d'ornithologie cette destination est faite pour vous!

Si vous souhaitez organisé un séjour privatif (proche ou à venir) dans le pantanal, je peux vous mettre en relation avec une personne francophone, sérieuse et fiable.

Grand merci à PASCAL et ANDERSON

Date de dernière mise à jour : 21/09/2015