Infos pratique voyageurs

Langue(s) : anglais

Monnaie : le dollar bahamien (BSD)

Compagnie aérienne national : Bahamasair

Temps de vol : Entre 10 h 30 et 12 h 30

Formalités de départ : Passeport valable au moins 6 mois après retour, pas besoin de visa pour les ressortissant français pour un séjour inférieur à 3 mois, conformez-vous aux exigences douanières américaines (passeport biométrique) si vous faites une escale aux États-Unis, ce qui est souvent le cas sauf si vous prenez l’avion à partir de Londres où il est direct pour Nassau. Le billet de retour est exigé. Les taxes sont incluses dans les billets d’avion.

Climat : tropical marin tempéré par le Gulf Stream. On compte 320 jours de soleil par an en moyenne. Les températures descendent rarement en dessous de 16 °C et ne dépassent pas les 32 °C. La saison des pluies courtes de mai à novembre, les averses sont généralement de courte durée.

Santé : Aucune vaccination n’est nécessaire pour se rendre aux Bahamas. Aucune précaution sanitaire particulière n’est recommandée. Cependant il est préférable de boire de l’eau en bouteille (hors de prix par rapport à la France) plutôt que celle du  robinet. De même, il convient de  faire attention quand on consomme des fruits de mer ou de la nourriture dans des petits stands de rue aux conditions sanitaires de préparation plus incertaines. Il n’existe pas d’animaux venimeux aux Bahamas. Seule la veuve noire, une  araignée ventrue qui ne se rencontre que très rarement, inflige une piqûre mortelle.
Les désagréments les plus fréquents sont liés aux moustiques et aux puces de sable – appelées familièrement no see 'em (littéralement « on ne les voit pas ») par les habitants – qui attaquent principalement à la tombée du jour aux abords des plages et dans les zones de mangrove. Leur morsure provoque une brûlure plus qu’une démangeaison.


Les précautions à prendre pour prévenir les piqûres sont d’éviter les vêtements de couleurs vives, de protéger les chevilles et les pieds, et d’éviter le parfum. Les plongeurs seront attentifs à ne pas toucher les poissons, coraux et organismes marins qui peuvent se révéler venimeux. Il est recommandé de prévoir une très bonne protection solaire avec un indice élevé et une crème après-soleil efficace. A noter qu’il existe de bons établissements médicaux à Nassau et des cliniques dans les capitales des principales îles mais aux tarifs élevés.

Quand partir : Les alizés constants garantissent des températures agréables toute l'année. A moins, donc, de visiter les îles du Sud, où la chaleur est étouffante en été (de juin à août), le climat ne sera pas déterminant dans le choix de votre date de séjour. La meilleure saison est l'été, chaud et rafraîchi par les vents, lorsque la température de l'eau est si élevée vous pouvez y rester des heures.

Courant électrique : 120 Volts

Fuseau horaire : En été, il y a 6 heures de décalage avec la France, 5 en Hiver, quand il est midi à Paris, il est 6 ou 7 heures à Nassau.

Transports : pour circuler entre les différentes îles, rien de tel que l’avion, les ferries étant assez peu nombreux. A Freeport et Nassau, vous trouverez quelques bus privés (les Jitneys) et de nombreux taxis pour découvrir la ville. Pour circuler sur les Family Islands, la voiture reste le moyen idéal. Ne pas oublier qu’on roule à gauche. Les Bahamas possèdent 11 aéroports internationaux dont les deux plus importants sont celui de Nassau et celui de Freeport. Certains vols internationaux atterrissent sur Abaco, Eleuthera, Andros, Bimini, et Exuma. Les Bahamas sont bien desservies depuis les Etats-Unis, notamment depuis la Floride, et le Canada par des vols réguliers assez économiques. Depuis l’Europe, British Airways assure des vols directs sur Nassau depuis Londres. Depuis la France, les vols exigent un changement à Londres ou aux États-Unis.


L’avion est le moyen de transport privilégié entre les îles, car c’est le plus rapide. Toutes les îles importantes possèdent un aéroport, voire deux ou trois, soit au total 60 aéroports nationaux qui parfois se résument à une simple piste d’atterrissage. Les transports en commun sont peu développés aux Bahamas. Des autobus, les jitneys, circulent sur l’île de New Providence et de Freeport entre l’aube et 19h à 20h. Le tarif unique est de 1 US$ par personne. Sur les îles extérieures, il n’existe pas de transports en commun.
Il existe les bateaux-taxis, ils remplacent bien souvent les taxis, dès qu’il y a un bras de mer à franchir pour se rendre dans un îlot, ou pour atteindre un endroit non desservi par une route. Comme pour les taxis terrestres, les tarifs sont fixés et non négociables. Certains hôtels possèdent leur propre bateau taxi.

Superficie : 13 939 km2

Nombre d’habitants : 319 000


Régime politique : Etat indépendant du Commonwealth, démocratie parlementaire


Culture et religion(s) : baptiste, anglican, catholique, pentecôtiste et méthodiste

Nourriture : on ne manquera pas de déguster de nombreuses espèces de poissons ainsi que la particulière conque, mollusque qui, n’oublions pas de le rappeler, est une espèce protégée ! Mais d’une manière générale, la cuisine bahamienne est assez américanisée.

Hébergement : hôtels de luxes et de moyenne catégorie sont présents dans tous les lieux touristiques. Tous rivalisent d’originalité pour faire la différence. On peut aussi louer des villas. Se loger dans les Family Islands est par contre un peu plus difficile mais on y trouve quelques sympathiques chambres d’hôtes et Bed & Breakfast.

 

 

Date de dernière mise à jour : 08/11/2014