Mont-Koya

Le mont Koya est une montagne de la préfecture de Wakayama, au Sud d'Ōsaka qui a donné son nom à un complexe de temples bouddhiques.

Le bonze Kūkai  a installé la première communauté religieuse sur ce mont, qui allait devenir le principal centre du bouddhisme Shingon. Situé sur un plateau à 800 m d'altitude entouré de huit sommets, le premier monastère s'est développé pour devenir une ville, Koya, possédant une université d'études religieuses et plus de cent temples offrant l'hospitalité aux nombreux pèlerins et touristes.

Ces sites reflètent la fusion entre le shinto, enraciné dans l’antique tradition japonaise du culte de la nature, et le bouddhisme venu depuis la Chine et la péninsule coréenne s’implanter au Japon. Les sites (495,3 ha) et la forêt qui les entoure reflètent une tradition pérenne et extraordinairement bien documentée de sanctification des montagnes, vivante depuis 1200 ans. L’endroit, qui abonde en torrents, rivières et chutes d’eau, fait toujours partie de la culture vivante du Japon et accueille jusqu’à 15 millions de visiteurs par an, pèlerins ou randonneurs. Chacun des trois sites renferme des sanctuaires, dont certains remontent au IXe siècle.

Les sites religieux les plus importants sont :

  • L'Okuno-in, un immense cimetière avec près de 200 000 pierres tombales de samouraïs, de personnalités et de gens ordinaires, sous une forêt de cèdres centenaires. Au cœur du cimetière se trouve le Tōrō-dō, le temple des lanternes. On pense que 2 flammes y ont brûlé sans interruption depuis un millier d'années. A proximité du Tōrō-dō se trouve le Gobyo, le mausolée de Kūkai, devant lequel viennent se recueillir de nombreux fidèles.
  • Le Kongōbu-ji, temple à partir duquel sont gérées les affaires religieuses des 3600 temples de la secte Shingon.
  • Le Garan est un complexe de temples qui contient plusieurs pagodes dont le Konpon Daitō qui d'après la pensée Shingon est au centre d’une mandala en forme de fleur de lotus couvrant tout le Japon.
  • Le Jison-in : Même s'il est situé à une vingtaine de kilomètre au Nord des sanctuaires principaux, ce temple fait partie du complexe de temples de Koya-San. Il a été fondé au IXe siècle pour servir de bureau administratif et de centre d'accueil pour les pèlerins. Le Jison-in est relié au centre du complexe par un chemin de pèlerinage crée par Kūkai, le Chōishimichi (le « chemin aux bornes en pierre »). Le chemin est en effet jalonné d'une stupa à 5 niveaux tous les 108 m, distance correspondant à un chō (ancienne unité de longueur).

Jusqu'en 1872, l'accès au Koya-San était interdit aux femmes.

En 2004, l'UNESCO a désigné le Mont Koya Patrimoine mondial de l'humanité, en même temps que la plupart des sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii.

La construction de Daito a été lancée par Kobo Daishi en 816 et a été mené à terme en 887 par Shinzen Daitoku. Cette structure massive représente les idéaux du bouddhisme Shingon et est connue comme la «Grande Stupa fondamentaux." Au Japon, ce bâtiment a été la première pagode construite au tahoutou "style".

A l'intérieur Daito il ya plusieurs images bouddhistes et des statues. Les huit patriarches du bouddhisme ésotérique sont peintes sur les murs à l'intérieur du bâtiment. L'image principale est consacrée une grande statue d'or de Dainichi-Nyorai du Royaume utérus. Dainichi-Nyorai est entourée de quatre bouddhas du royaume Diamond. Il y a également 16 bodhisattvas (Bosatsu), on peint sur chaque pilier, qui encerclent les 5 statues. Les 16 bodhisattvas ont été peints par Domoto Insho. Toutes ces œuvres se combinent pour représenter l'image d’une mandala en trois dimensions.

Une autre œuvre d'art est la suppression de la paire de statues farouche situé derrière l'image principale consacrée. Ces deux statues, nommé Tamonten et Jikokuten respectivement, sont les originaux qui ont été créés dans la période Edo. Les statues ont l'habitude de résider dans l'entrée principale de Danjo Garan, connu sous le nom de la Porte-Orient. Ces statues ont été les seules choses qui pourraient être sauvées d'un malheureux incendie qui a frappé la porte du milieu en 1843.

Nous avons demeurez dans ce temple Bouddhiste et nous remercions les moines pour tout...nous sommes bien rentrées merci pour votre prière. C'était une expérience juste énorme, nous avons adorés, décor et cadre magnifique et idyllique, jardin somptueux dans un environnement remplit de nature, de richesse et de trésors. Repas de saveur, beaucoup apprécier y compris le petit déjeuner...les moines y sont ouvert, sociable, agréable, à l'écoute et très correcte, toujours disponible pour vous venir en aide, vous pouvez compter sur eux et ils sont particulièrement respectueux des que vous partez du temple, ils vous accompagnent jusqu'au bout, carrément sur la route en vous faisant un au revoir de la main, regardez dans votre pare-brise arrière et vous admirerez ce rituel traditionnel. Si c'était à refaire c'est Oui "Aie" sans hésiter!!

Le temple ou nous avons demeurez Daimyo-o-in aussi appelé le Temple pelouse. Fondée par Jitsuo Shonin, fils de Minamoto Yoshie, le gouverneur de Settsu. L'image principale est consacrée de Fudo Myoo, à laquelle Yoshie a prié pour la pacification de la frontière dans la province Oshu.

Date de dernière mise à jour : 22/10/2014

×