Le sanctuaire de My Son est un ensemble de temples chams hindouistes en ruine, situé dans la province de Quảng Nam, à soixante-neuf kilomètres au sud-ouest de Đà Nẵng. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999. Le site a été occupé par les Chams du IVe au XIIIe siècle. Les ruines actuellement visibles datent d'une période allant du VIIe au XIIIe siècle. Elles comprennent les restes d'environ soixante-dix temples et édifices annexes. Leur architecture en briques rouges est assez remarquable. Au IVe siècle, le roi Bhadravarman édifia à Mỹ Sơn un temple en bois dédié au culte du lingam de Bhadresvara, un dieu dont le nom combine celui du roi et de Shiva. Le site est ravagé par un incendie au VIe siècle. Sambhuvarman reconstruisit un temple en brique et en pierre au VIIe siècle et le consacra à Sambhubhadresvara.

À partir de cette période, My Son occupe un rôle central dans la vie religieuse du Champâ : les rois successifs embellissent le site et viennent s'y recueillir lors de leur accession au trône. L'édification de nouveaux temples est particulièrement active aux VIIIe et IXe siècles. Le site perd ensuite son influence suite à l'introduction du bouddhisme mahāyāna comme religion d'État. My Son retrouve son statut de capitale religieuse au début du Xe siècle. À partir du XIIe siècle, l'influence du site décline au profit de Panduranga. Les ruines de My Son furent découvertes en 1889 par Camille Paris. Henri Parmentier inventoria et catégorisa les édifices. Durant la guerre du Viêt Nam, les ruines furent endommagées.

C'est aujourd'hui une attraction majeure de la province de Quảng Nam.

Date de dernière mise à jour : 22/10/2014

×