Pékin

La Capitale Chinoise

La place Tian'anmen (Place de la porte de la Paix Céleste) est une place située au centre de Pékin. Elle s’appelle ainsi car elle se trouve immédiatement au sud de la Porte de La Paix Céleste qui commandait l’entrée sud de la cité impériale.

C’est une immense place rectangulaire, d’environ 880 m du nord au sud, et 500 m de l’est à l’ouest, couvrant une superficie de plus de 40 hectares, ce qui en fait la plus grande place au monde.

Sur le fronton de la « Porte de La Paix Céleste » est accroché un portrait de Mao Zedong et est inscrit :

  • à gauche « Vive la République populaire de Chine »
  • à droite « Vive l'union des peuples de la terre ».

Elle est entourée de monuments reflétant l’histoire de la Chine :

  • période impériale avec deux immenses portes : au nord, la « Porte de La Paix Céleste » et au sud, la porte Zheng yang qui donnaient accès à la Ville chinoise ;
  • période coloniale avec les quelques bâtiments coloniaux européens au sud-ouest et sud-est ;
  • période communiste avec le Palais de l’Assemblée du Peuple à l’ouest, et l’immense portrait de Mao sur la façade de la Porte de la Paix Céleste. Ce portrait rappelle que c’est du balcon de cette porte, qui fait partie des murailles de la Cité impériale, que Mao Zedong a proclamé la République populaire de Chine le 1er octobre 1949.
  • Au centre de la place, le Monument aux Héros du Peuple est un obélisque de 38 m de haut qui symbolise le triomphe du peuple communiste. Terminé en 1958, ce monument est composé de 17 000 pièces de granite et de marbre.
    Toujours au centre, mais un peu plus au sud, se trouve le Mausolée de Mao Zedong, bâtiment rectangulaire entouré de longs bas-reliefs représentant des combattants de la révolution.
  • et enfin, le Musée historique à l’est.

La place actuelle est le fruit d’importants travaux d’aménagement du paysage urbain pékinois qui eurent lieu dans la partie sud de l’ancienne ville tartare, sous la dictature de Mao Zedong. Celui-ci souhaitait en effet un espace très vaste où l’on pourrait rassembler « 1 million de personnes », pour des manifestations de masse notamment.

C’est également là qu’a lieu le défilé militaire annuel de la fête nationale, le 1er octobre.

Événements importants

Le 4 mai 1919, lors du Mouvement du 4 mai, une foule d’étudiants manifeste contre l’exclusion de la République de Chine du traité de Versailles.

Le 4 mai 1949, célébration du triomphe de l’insurrection communiste.

le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine du haut des murailles de la Cité impériale.

Le 4 avril 1976, la place est envahie de Pékinois venus pleurer lors de l’enterrement du très populaire ancien premier ministre Zhou Enlai.

Le 4 mai 1989, pour le 70e anniversaire du Mouvement du 4 mai, lors du printemps de Pékin, évènement connu en Occident sous le nom des manifestations de la place Tian'anmen, une grande manifestation, réclamant moins de corruption et plus de démocratie, est réprimée violemment (les soldats tirent sur la foule. Il y a plus de 3 000 morts).

Le 4 juin 1989, un homme fut filmé et photographié alors qu’il s’efforçait de bloquer la progression d’une colonne d’au moins 17 chars de l’Armée populaire de libération lors des manifestations de la place Tian'anmen, en 1989, en République populaire de Chine. Cette photo de l’Homme de Tian'anmen devint rapidement célèbre comme symbole de manifestation contre la répression armée.

Temples des Lamas: Construit en 1694, le Temple des Lamas à Pékin est l'ancien palais de l'empereur Yong Zheng, offert aux moines tibétains en 1732. En effet les empereurs mandchous étaient très favorables au bouddhisme tibétain.Le palais d'été: Le Palais d'été (jardin de l'harmonie préservée) est un palais à Pékin.Le palais d'été est principalement dominé par la Colline de la longévité et le Lac Kunming. Il couvre une surface de 2,9 km², dont trois quarts sont occupés par le plan d'eau. Dans ses 70 000 m² de surface construite, on trouve une grande diversité de palais, de jardins et autres édifices de style classique chinois.

Ce monastère hébergea jusqu'à 300 lamas et avait des rapports très privilégiés avec l'empereur. Ils étaient, dit-on, les seuls à pouvoir le regarder dans les yeux.

S'étendant sur une superficie de 66 000 mètres carrés et mesurant 400 mètres du nord au sud et 200 mètres d'est en ouest, elle est constituée de trois parties principales : la cour Baofang, le jardin et les bâtiments. Les bâtiments comprennent sept groupes d'architectures et cinq cours successives, avec un millier de pièces au total.

Lorsque l'on rentre dans le temple on est frappé par la beauté de la porte de style Ming ainsi que par les très beaux pavillons dits du tambour et de la cloche.

On peut admirer dans la salle des quatre gardiens célestes, un magnifique bouddha Maitrya en bois doré ainsi que quatre statues en terre cuite (les gardiens) qui écrasent des diables sous leurs pieds.

La salle de l'éternelle harmonie abrite trois bouddhas en bronze (représentants le passé, le présent et le futur). On peut observer dans cette salle de magnifiques tankas tibétains.

La salle de la protection éternelle (Yongyou dian) présente trois bouddhas (celui de la médecine, celui la longévité et celui de l'enseignement). Mais on peut surtout contempler deux bouddhas femmes, dont l'un est fait de 6000 morceaux de soie cousus ensembles.

La salle de la Roue de la Loi (Falun dian) est la plus grande et la plus spectaculaire On peut y admirer une énorme statue en bronze, de plusieurs dizaines de tonnes) de Tsongkapa. Des fresques superbes ornent cette salle (scène de chasse etc...).

Temple du ciel: Il est situé dans la ville chinoise, un quartier historique du sud de Pékin, dans le district de Xuanwu.

Dans l'ancienne Chine, l'empereur était considéré comme le « fils du Ciel », qui préservait le bon ordre sur terre en faisant le lien avec l'autorité céleste. Afin de montrer son respect au Ciel, les cérémonies de sacrifice étaient très importantes.

Le Temple du Ciel a été inscrit par l'UNESCO à la liste du patrimoine mondial en 1998.

Il s'agit en réalité d'un important complexe au cœur de la ville, de 1,5 km du nord au sud et de 1 (minimum) à 1,7 km (maximum) d'est en ouest. Il est délimité par deux murs au nord et un seul au sud. Il contient de nombreux temples dont :

  • La Salle des prières pour la récolte, pavillon en forme de rotonde dans le nord du complexe
  • La Demeure du seigneur du Ciel, pavillon en forme de rotonde construit sur un tertre de marbre ; on y remisait les autels lorsqu'ils n'étaient pas utilisés.
  • La Salle de l’abstinence, palais situé dans la partie ouest du complexe
  • L'Autel du Ciel, espace ressemblant à la terrasse de la Salle des prières pour la récolte, mais sans bâtiment en rotonde. Il est situé sur le même axe que la salle mais au sud du complexe.

L'architecture des différents bâtiments orientés nord/sud reprend la thématique du ciel et de la terre :

  • enceintes carrées avec des tuiles de couleur verte qui symbolisent la terre
  • bâtiments ronds avec des tuiles de couleur bleue qui symbolisent le ciel.

Initialement appelé Monument du Ciel et de la Terre, il a été construit de 1406 à 1420 pendant le règne de l'Empereur Yongle, qui était aussi responsable de la construction de la Cité Interdite. Le temple fut agrandi et renommé Temple du Ciel pendant le règne de l'Empereur Jiajing au seizième siècle. Le Temple du Ciel a été rénové au dix-huitième siècle sous l'Empereur Qianlong. Début 2005, une rénovation d'un montant de 47 millions de yuan (à peu près 4'318'000 €) du monument est entreprise en vue des Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, mais les rénovations ont été terminées le 1 mai 2006.

L'empereur Qianlong aménagea l'Ancien palais d'Été, destiné à être la résidence de sa mère, en 1750 (15e année de son règne) dans le nord-ouest de Pékin, où se situaient déjà d'autres palais impériaux depuis le XIIe siècle. Des artisans reproduisirent les styles architecturaux des jardins de différents palais de Chine. Le lac Kunming fut agrandi en imitation du lac de l'Ouest à Hangzhou.

Le palais fut pillé et détruit à deux reprises (lors de l'invasion des troupes anglo-françaises en 1860, puis durant la Révolte des Boxers en 1900) ; mais l'impératrice Cixi le reconstruisit en 1886 et 1902 non loin de l'ancien site. En 1888, elle dépensa des sommes considérables pour rebâtir et agrandir le Yiheyuan (Jardin où l'on cultive la concorde). On lui reprocha vivement d'avoir utilisé des fonds originellement destinés à la marine de guerre chinoise.

En décembre 1998, l'UNESCO inclut le Palais d'été dans sa Liste du patrimoine mondial. Elle le qualifie d'« expression exceptionnelle de l'art créatif du jardin paysager chinois, intégrant réalisations humaines et nature en un tout harmonieux ».

L'étendue d'eau principale du Palais d'Été est le lac Kunming. Il est traversé par le Pont aux 17 arches. D'autres sites remarquables du Palais d'été sont entre autres la Rue Suzhouet le Long corridor.

La grande muraille:

La Grande Muraille est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et plusieurs endroits entre le IIIe siècle av. J.-C. et le XVIIe siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine. C'est la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’homme à la fois en longueur, en surface et en masse.

Populairement, on désigne sous le nom de « Grande Muraille » la partie construite durant la dynastie Ming qui part de Shanhaiguan sur le territoire de la ville de Qinhuangdao dans la province du Hebei à l’est pour arriver à Jiayuguan dans la province du Gansu à l’ouest. La longueur de la muraille varie selon les sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 700 km. En raison de sa longueur, la Grande Muraille est surnommée en chinois « La longue muraille de dix mille li, le li étant une ancienne unité de longueur chinoise et dix mille symbolisant l’infini en chinois. Ce surnom peut cependant être pris dans son sens littéral par approximation, 6 700 km faisant 11 632 li dans sa valeur généralement considérée de 576 m, ou 13 400 li dans sa valeur actuelle d’exactement 500 m. En moyenne, la Grande Muraille mesure 6 à 7 m de hauteur, et 4 à 5 m de largeur. En avril 2009, le service chinois qu'est l'Administration d'État chargée du Patrimoine Culturel, ayant utilisé des technologies de mesure plus récentes, révise cette mesure et déclare une longueur de 8 851,8 km dont 6 259,6 km de murs, 359,7 km de tranchées et 2 232,5 km de barrières naturelles, telles des montagnes ou des rivières.

Depuis 1987, la Grande Muraille de Chine est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

La cité interdite:

Depuis le début du quinzième siècle, le cœur de Pékin se trouve autour de la Cité interdite, aussi appelée Palais impérial des Ming et des Qing. Il s'agit du plus vaste complexe architectural de Chine : une véritable ville dans la Cité impériale, dans laquelle l'Empereur de Chine et son entourage étaient quasiment assignés à résidence, ne sortant de l'enceinte que dans de très rares occasions.
Elle couvre 72
ha dont 50 ha de jardins, qui s'étendent sur 960 m de long du nord au sud, et de 750 m de large d'est en l'ouest, entourée d'une muraille de 10 m de haut, elle-même cernée d'une douve large de 52 mètres.
La cité compte selon la légende, 9 999 pièces (en réalité, 8704, d'après une enquête menée en 1973). Le chiffre de 9 999, s'explique par le fait que selon la tradition, seules leurs divinités avaient le droit de construire un palais comprenant 10 000 pièces. Les hommes, de ce fait, essayaient ainsi de se rapprocher aussi près que possible de leur idéal de perfection. Le nombre 10 000 représente symboliquement « une infinité dénombrable » en Chine.

La construction de la Cité interdite a duré 14 ans et plus d'un million d'ouvriers réduits à l'esclavage y auraient travaillé. Entre 1420 et 1911, un total de 24 empereurs y a résidé. Avant 1924, année où elle a été ouverte au public, personne d'autre que l'empereur et sa cour n'avait le droit de s'en approcher ni même de la regarder. Aujourd'hui, la Cité interdite est l'un des sites les plus visités en Chine.

L’architecture a divisé la Cité Interdite en deux parties :

La Cour extérieure (partie sud), constituait la partie officielle de la cité, où le souverain recevait ses ministres et présidait les grandes cérémonies officielles. Elle abrite notamment : la salle de l’Harmonie Suprême, la salle de l’Harmonie Parfaite et la Salle de l’Harmonie Préservée, ainsi que les bâtiments latéraux principaux, dont la salle de la Gloire Littéraire et la Salle des Prouesses Militaires.
Elle est parcourue d'ouest en est par une rivière artificielle dénommée Jinshui He (c'est-à-dire : la «  Rivière aux Eaux d'Or ») provenant d'une dérivation des douves et servant aussi bien de décoration que de réservoir d'eau en cas d'incendie. Son rôle à également pour but de servir de dernier rempart symbolique protégeant la Salle de l'Harmonie Suprême.

La cour intérieure (partie nord), formait la partie privée, et servait donc aussi bien de cabinet de travail pour l’empereur, que d’appartements à la famille impériale et aux concubines. Elle comprend surtout le palais de la Pureté Céleste, la salle de l’Union et le palais de la Tranquillité Terrestre, qui sont entourés respectivement par les « six Palais de l’Est » et les « Six Palais de l’Ouest ».

La Cité interdite est entourée des jardins impériaux. À l'ouest se trouve Zhongnanhai, un parc contenant deux lacs autour desquels se trouve le siège du Parti communiste chinois. Au nord-ouest se trouve le parc Beihai, un parc très populaire contenant lui aussi un lac. Au nord se trouve le parc Jingshan appelé aussi la « Colline de Charbon », où s'est pendu le dernier empereur Ming.

Au sud de la Cité interdite s'étend l'immense place Tian'anmen, au centre de laquelle se trouve le mausolée de Mao Zedong.

Le lieu où se trouve la cité interdite faisait partie de la cité impériale mongole Khanbalik depuis la dynastie Yuan. Quand la dynastieMing lui succéda, Hongwu le premier empereur transféra la capitale à Nankin, en 1369, et ordonna que le palais mongol soit rasé. Son fils Zhu Di fut nommé Prince de Yan, et s’établit à Pékin. Un palais princier fut construit dans cette ville. En 1402, Zhu Di renversa son neveu Jianwen et devint empereur sous le nom de Yongle. La capitale retourna à Pékin.

La construction de la Cité Interdite commença en 1406.

Date de dernière mise à jour : 22/10/2014