Ottawa

Ottawa est la capitale du Canada, située dans la province de l'Ontario, à la confluence de la rivière des Outaouais avec la rivière Gatineau et la rivière Rideau. La ville est le résultat de la fusion en 2000 de l'ancienne ville d'Ottawa et de 10 municipalités avoisinantes.

L'incendie de 1916:

Le 3 février 1916 vers 20h50, un incendie se déclare dans la salle de lecture de l'édifice central. Un député, situé dans la salle de lecture de la Chambre des communes, remarque la présence de flammes. De celui-ci ne seront épargnés que l’aile nord-ouest et la Bibliothèque grâce à un employé, « Connie » MacCormac, qui eut la présence d'esprit de fermer les portes de fer la reliant à l'édifice du centre.

Tout au long de l'incendie, l'horloge de la Tour Victoria sonne les heures. À minuit, la cloche sonne onze fois, puis s'écrase au sol, tandis que les flammes gagnent le Sénat. Le lendemain, l'édifice central était en ruines, recouvert d'une épaisse couche de glace due aux vains efforts des pompiers.

Après l'incendie, la Chambre des communes et le Sénat se déplacent au Musée commémoratif Victoria (aujourd'hui le Musée canadien de la nature), où ils siégeront jusqu'en 1920. Sir Wilfrid Laurier, ancien premier ministre, décède avant la fin des travaux de reconstruction et fut exposé à l'intérieur du musée.

La tragédie épargnera les édifices de l'est et de l'ouest, qui sont toujours en place de nos jours.

La reconstruction:

Les travaux de reconstruction débutent quelques mois seulement après la tragédie, le 24 juillet 1916, sous la direction des architectes John A. Pearson et Jean-Omer Marchand. Ceux-ci sont mandatés par le gouvernement pour formuler des recommandations concernant la reconstruction des nouveaux édifices. On demanda à ce qu'ils soient conformes au style néogothique des anciens édifices tout en intégrant davantage d'espace pour accueillir les députés.

La pierre angulaire de l'édifice original fut retrouvée parmi les décombres et posée par le prince Arthur William Patrick, duc de Connaught le 1er septembre 1916, soit 56 ans après avoir été posée par son frère Édouard VII.

Un étage complet fut ajouté à l'édifice du centre; les murs intérieurs sont construits en calcaire et les planchers sont faits de marbre, dans le but d'éviter les risques d'un nouvel incendie. Les travaux sont d'autant plus difficiles que le Canada est en guerre, la main-d'œuvre est rare et les matériaux sont très coûteux.

Le 26 février 1920, soit environ quatre ans après l'incendie, a lieu la première session du corps législatif dans le nouvel édifice. La Chambre des Communes se trouve du côté ouest du bâtiment central, tandis que le Sénat est à l'est.

La tour de la paix:

La pierre angulaire de la Tour de la Paix fut posée le 1 septembre 1919 par le prince de Galles. La tour sera inaugurée près de huit ans plus tard sous le nom de Tour de la Paix et de la Victoire, lors des festivités du Dominion le 1 juillet 1927. La construction fut terminée en 1928, alors que les travaux de sculpture des blocs de grès s'échelonnèrent sur une autre décennie.

Plus grande que l'ancienne tour Victoria, elle fait près de 92,2 mètres de hauteur. Elle comporte un carillon de 53 cloches, dont la plus imposante pèse plus de 10 tonnes. Cet ensemble, l'un des onze au pays, est le plus lourd et probablement le plus connu du Canada. L'actuel carillonneur du Dominion est Gordon Slater; des compositions sont jouées en moyenne 200 jours par année.

La Chapelle du souvenir:

À la base de la Tour de la Paix est située la Chapelle du Souvenir, dédiée aux canadiens tués lors de conflits. Son plancher est constitué de pierres recueillies sur les différents champs de bataille européens. En son centre est disposé un autel de calcaire Hoptonwood, don de la Grande-Bretagne au Canada, qui porte le premier des Livres du Souvenir renfermant la liste des canadiens tués lors de la Première Guerre Mondiale.

Du marbre noir donné par la Belgique servit pour façonner les plaintes des murs et les gradins de l'autel. Les colonnes soutenant la voûte sont faites de marbre de Sainte Anne provenant du même pays. La France fit don de pierre de Château-Gaillard, dont sont faits les murs et la voûte.

La bibliothèque du parlement:

La bibliothèque du parlement est la seule section de l'édifice ayant survécu à l'incendie de 1916 et à la démolition qui suivit. Construite entre 1859 et 1876, elle est située, à l'intérieur de l'édifice actuel, là l'extrémité nord du Hall d'honneur. Alpheus Todd fut le premier à occuper le poste de bibliothécaire.

En 1952, un incendie majeur se déclara dans la toiture de la bibliothèque. L'édifice fut sauvé mais les collections furent sévèrement endommagées par le feu et l'eau s'y étant infiltrée.

Une restauration suivit et une bibliothèque moderne fut bâtie à l'ouest de la Colline du Parlement pour y entreposer certains documents. De 2002 à 2005, d'importants travaux de rénovation y furent entrepris.

Aujourd'hui, l'institution comporte près de 600 000 ouvrages et emploie environ 300 employés.

Evènements:

Chaque 1 juillet, des canadiens se rassemblent sur la Colline du Parlement pour célébrer la fête du Canada. Durant les mois d'été, des gens viennent admirer le changement de la garde sur la pelouse devant les édifices parlementaires. Une cérémonie similaire est performée à Rideau Hall, la résidence du gouverneur générale.

Chaque année le 20 avril, une foule s'assemble sur la Colline et fume de la marijuana afin de démontrer leur support à sa légalisation. Un événement du même genre a lieu chaque première semaine de mai, la Marche mondiale pour la marijuana (« Global Marijuana March »), à laquelle participe près de 200 villes à travers le monde.

La Colline du Parlement a souvent été le lieu de manifestations anti-guerre, notamment durant la guerre du Vietnam et plus récemment en opposition à la guerre en Irak.

Parmi les événements majeurs s'étant déroulé sur la Colline parlementaire, on retrouve:

  • L'inauguration du nouveau drapeau du Canada, le 15 février 1965.
  • L'inauguration de la Flamme du centenaire le 31 décembre 1966.
  • La signature par la reine Elizabeth II de la Charte canadienne des droits et libertés, le 17 avril 1982.

La Chambre du Sénat:

La salle du Sénat accueille la reine ou sa représentante, le gouverneur générale lorsqu'elle sanctionne un projet de loi et 105 sénateurs nommés par le gouverneur générale sur recommandation du premier ministre. Elle est le siège de la Chambre haute du Parlement du Canada, le Sénat.

La Chambre des communes:

La Chambre des communes, salle la plus spacieuse des édifices parlementaires occupée par la plus importante institution démocratique canadienne, est située dans l'aile ouest de l'édifice du centre. Les architectes ont prévu de l'espace pour accueillir 320 députés sur le parterre ainsi que 580 personnes dans les tribunes. Trois salles y sont reliées, soit l'antichambre principale, l'antichambre du gouvernement et celle de l'opposition.

Le plafond de la Chambre des communes est fait de lin, arborant les symboles héraldiques des armoiries du Canada, des provinces et des territoires. La corniche, recouverte de feuilles d'or, est faite d'arcs polylobés. Trois séries de sculpture architecturale ornent les parois de la Chambre: les séries Acte del’Amérique du Nord britannique (de 1978 à 1985, sur les murs est et ouest), Évolution de la vie (de 1989 à 1994, arcades nord et sud) et Présidents et greffiers (1979, des deux côtés du fauteuil du Président de la Chambre).

Les travaux de menuiserie furent exécutés par le montréalais George Roberts et installés en 1920. Les sculptures sur bois sont l'œuvre d'Elzéar Soucy. Le vert, qui est la couleur traditionnelle de la Chambre depuis 1867, est dominant: il a été choisi notamment pour la moquette de laine tissée et pour le mobilier.

Date de dernière mise à jour : 22/10/2014