Les villes de Californie

San Francisco est la quatrième commune la plus peuplée de Californie, sur la côte occidentale des États-Unis, derrière Los Angeles, San Diego, et San José. La ville est située à l'extrémité nord de la péninsule de San Francisco, entre l'océan Pacifique à l'ouest et la baie de San Francisco à l'est. Les limites administratives de la municipalité et du comté de San Francisco sont identiques. San Francisco est la ville américaine la plus dense en population après New York. Quatorzième ville du pays, elle compte près de 744 041 habitants dans les limites de la commune et quelque 7 168 176 habitants dans l'agglomération.

Les principaux symboles de la ville sont le pont du Golden Gate, l'île d'Alcatraz, la Transamerica Pyramid, la Coit Tower et les câble cars. Elle est aussi connue pour ses quartiers chinois, gay et hippie ainsi que ses nombreuses collines. Elle représente un foyer culturel, économique et touristique majeur en Californie.

Le Golden Gate Bridge (littéralement le « pont de la porte d'or ») est un pont suspendu de Californie qui traverse le Golden Gate, détroit qui correspond à la jonction entre la baie de San Francisco et l’océan Pacifique. Il relie ainsi la ville de San Francisco, située à la pointe nord de la péninsule de San Francisco à la ville de Sausalito, située à la pointe sud de la péninsule du Comté de Marin. Financée par la Work Projects Administration (WPA), sa construction, qui s’est heurtée à de nombreuses difficultés, a débuté en 1933 et s’est étalée sur une durée de quatre ans, pour s’achever en 1937. Le Golden Gate Bridge a été jusqu’en 1964 le pont suspendu le plus long du monde, et constitue aujourd’hui le monument le plus célèbre de San Francisco. Il est en outre aisément reconnaissable de par sa couleur « orange international » et par l’architecture de ses deux tours.

Comme pour toute construction de grande envergure, le chantier du Golden Gate Bridge a nécessité l'emploi de quantités très importantes de béton afin d'assurer des fondations solides à la structure. Les travaux sous-marins d'excavation, puis la construction des deux piles qui soutiennent les deux pylônes furent les travaux qui demandèrent le plus de béton : 139 160 m³ furent coulés pour les réaliser, et 99 400 tonnes servirent à la construction des jetées, et du ceinturage qui permit la construction de la tour sud. Par la suite, la construction des voies d'accès nécessita à son tour 21 800 m³ de béton.

L'acier est le composant principal de l'armature du Golden Gate Bridge. Celui qui fut utilisé dans la construction des éléments du pont, en particulier des deux tours, provenait de la côte est des États-Unis. Il avait été fabriqué dans des aciéries de Trenton dans le New Jersey, de Sparrows Point, dans le Maryland, et dans trois fabriques situées en Pennsylvanie, à Bethlehem, Pottstown, et Steelton. Une fois produit, l'acier était chargé sur des trains en direction de Philadelphie, avant d'embarquer sur des cargos qui l'acheminaient vers San Francisco en passant par le canal de Panama. L'embarquement de l'acier était en conséquence planifié, en fonction des besoins et de l'avancement du chantier. Au final, plus de soixante-quinze mille tonnes d'acier furent employées dans la réalisation du pont : 40 280  tonnes d'acier furent employées dans la réalisation des deux tours principales, alors que la structure suspendue sur laquelle les voies de communication sont construites en nécessita 21 772 tonnes. En outre, 3 991 tonnes furent utilisées pour les fondations et 9 250 tonnes pour les diverses voies d'accès à la structure. À titre de comparaison, l'armature seule de l'Empire State Building à New York nécessita 60 000 tonnes d’acier.

Le Golden Gate Bridge est peint, depuis sa construction, en orange, et plus précisément en Orange International. Le choix de cette couleur est dû à Irving Morrow, qui rencontra pourtant des vives critiques de la part des officiels, qui trouvaient l'idée ridicule. Les autres peintures proposées, à savoir le gris acier (proche de celui du Bay Bridge voisin), la couleur aluminium ne furent pas retenues, Morrow jugeant que l'orange s'accordait parfaitement avec les divers éléments de la baie. L'United States Navy avait même proposé de peindre le pont en jaune, avec des rayures noires pour faciliter la visibilité depuis des navires traversant la baie, mais Morrow ne renonça jamais à son idée première, et le pont fut peint en orange, ce qui constitue d'ailleurs l'un de ses traits les plus caractéristiques.

La pose et l'entretien de la peinture constituent le principal travail de maintenance du Golden Gate Bridge. La peinture a en effet pour but de le protéger contre le sel contenu dans l'air, qui favorise le développement de la rouille, ce qui fragilise l'acier. La question de l'entretien de la peinture est sujette à diverses polémiques : pour certains, la peinture est remplacée tous les sept ans, alors que pour d'autres, le travail de rénovation de la peinture est permanent. En réalité, le pont a été peint à l'origine avec une épaisse couche de peinture à base de plomb, qui n'a pas été retouchée en profondeur pendant vingt-sept ans. Mais, en 1968, l'état de corrosion avancé de la structure a incité les autorités à lancer un programme visant à enlever l'ancienne peinture, et à la remplacer par un apprêt de silicate de zinc, recouvert de couches de vinyle. Dans les années 1990, la peinture vinyle fut à son tour remplacée par une peinture acrylique, afin de satisfaire les normes de qualité de l'air. Le programme fut achevé en 1995 et, depuis, seules les zones les plus touchées par l'érosion sont retouchées.

Pour l'architecte consultant Irving Morrow, l'éclairage du Golden Gate Bridge était un point très important. Ainsi, le 6 avril 1935, il remit à Joseph Strauss un rapport, baptisé Rapport sur les couleurs et l'éclairage (Report on Color and Lighting). Son objectif était de fournir au pont un éclairage à la hauteur de l'édifice, et même un éclairage qui pourrait accentuer son caractère à la fois unique et spectaculaire. Morrow décida ainsi d'adapter l'éclairage aux différentes parties de son édifice : par exemple, les deux tours du pont devraient comporter moins de lampes, afin de donner l'illusion qu'elles culminent bien au-delà de l'éclairage. Par la suite, Morrow pensa qu'un éclairage trop spectaculaire serait indigne du Golden Gate Bridge, c'est pourquoi il installa de petites lampes à vapeur de sodium à faible pression à la lumière légèrement orangée le long de la route, produisant un éclairage non aveuglant pour les usagers de la route. Lors de leur installation en 1937, ces lampes étaient à la pointe de la technologie. Trente-cinq ans plus tard, en 1972, les lampes originelles à basse pression furent remplacées par de nouvelles lampes à vapeur de sodium, mais cette fois-ci à haute pression. L'installation de ces nouvelles lampes permit d'améliorer la qualité de l'éclairage à moindre coût. Afin de préserver l'intensité initiale, des lentilles furent ajoutées sur les nouvelles installations.

L'éclairage des tours, initialement prévu par Morrow ne fut pas mis en place lors de la construction du pont, en raison de la contrainte budgétaire. Ce n'est que le 22 juin 1987, peu de temps après la commémoration du 50e anniversaire du Golden Gate Bridge, que les deux tours furent pour la première fois éclairées. Conformément à l'idée de Morrow, l'éclairage donne l'illusion que les tours culminent bien plus haut que les lampes, ce qui les fait paraître encore plus grandes. L'installation de l'éclairage sur les tours coûta près de 1,2 millions de dollars, et fut notamment financée par la Pacific Gas & Electric Company. L'entreprise qui réalisa les travaux, l'Abbett Electric Company, n'avait pas envisagé que les travaux coûteraient plus d'un million de dollars.

Aujourd'hui, le dispositif d'éclairage du Golden Gate Bridge est à sa mesure : titanesque. En effet, 128 lampes de 250 watts bordent les voies de circulation d'un bout à l'autre du pont, 24 lampes éclairent le trottoir qui entoure chacune des tours, 12 lampes décoratives d'une puissance de 400W ornent chaque tour, avec en plus un phare aérien de couleur rouge au sommet de chaque tour, d'une intensité de 750W chacun. L'installation comprend en outre plusieurs kilomètres de câbles pour alimenter toutes ces lampes en électricité.

Alcatraz est une île située dans la baie de San Francisco, en Californie sur la côte Ouest. Elle se trouve à l'est du Golden Gate, un bras de mer qui relie la baie à l’océan Pacifique. L'île mesure environ 90 000 m2 soit neuf hectares. Elle appartient à une région marquée par le risque sismique. Son sous-sol est composé de grès.

Le climat est méditerranéen de type californien. La moyenne des précipitations annuelles s'élève à 507,2 mm, dont 85 % tombent de novembre à mars. L’amplitude thermique est modérée et la moyenne annuelle des températures plutôt tiède. Les températures maximales moyennes oscillent l'été entre 15 à 24 °C, et l'hiver entre 10 et 15 °C pendant la journée, mais peuvent tomber à 5 °C la nuit. Les hivers sont pluvieux et doux. Le gel est quasi-inexistant et la neige reste un phénomène peu fréquent. Les étés sont généralement brumeux mais secs et la canicule est extrêmement rare. En septembre, pendant l'été indien de San Francisco, les températures sont douces. Le courant froid de Californie apporte des perturbations chargées de pluies en hiver et des nappes de brouillard en été et au début de l'automne.

En 1933, la propriété d'Alcatraz fut transférée au Département de la Justice des États-Unis afin d'en céder l'usage au Federal Bureau of Prisons. En 1934, le gouvernement fédéral décida de faire de la prison fédérale d'Alcatraz un établissement modèle, offrant un maximum de sécurité pour prévenir les évasions et n'accordant que peu de privilèges aux détenus qui ne pouvaient négocier leurs conditions d'incarcération. Il était ainsi question de montrer au public que l'État était résolu à enrayer la hausse de la criminalité des années 1930. La prison, officiellement devenue USP Alcatraz (USP pour United States Prison) ne fut pas l'« America's Devil's Island » (« l'île du diable de l'Amérique ») comme beaucoup de films et de livres la qualifiaient. Sa population moyenne fut d'environ 260-275 détenus et ne dépassa jamais les 336 prisonniers. Alcatraz ne représenta jamais plus d'1 % de la population carcérale des États-Unis. Des témoignages d'ex-prisonniers racontent que les conditions d'incarcération à Alcatraz étaient meilleures que dans les autres prisons fédérales et que beaucoup de détenus y demandaient leur transfert. L'île d'Alcatraz accueillit des prisonniers célèbres, mais fut aussi le lieu de vie des gardiens et de leurs familles.

Le 21 mars 1963, sur décision du Procureur général des États-Unis Robert Kennedy, la prison d'Alcatraz ferma définitivement ses portes après vingt-neuf années de service. Le pénitencier de Marion dans l'Illinois ouvrit la même année pour remplacer Alcatraz. La poursuite de l'activité de la prison aurait nécessité un investissement de trois à cinq millions de dollars américains rien que pour sa restauration et sa maintenance.

Or cet investissement n'incluait même pas les frais journaliers de fonctionnement d'Alcatraz, qui étaient près de trois fois supérieurs à ceux des autres prisons fédérales. Cet important surcoût fut en grande partie dû à l'isolement total de l'île qui impliquait que toutes les personnes et les marchandises devaient être acheminées par bateau. Il s'agissait non seulement des denrées alimentaires, des vêtements et du courrier, mais surtout de l'eau douce puisque Alcatraz n'avait aucune source. Ainsi chaque semaine, trois millions de litres d'eau devaient y être apportés. De plus, les bâtiments étaient très endommagés par la météorisation, c'est-à-dire par les gouttelettes d'eaux salées projetées par le vent. Le gouvernement fédéral estima finalement qu'il était plus économique de construire une prison plus moderne que de rénover Alcatraz pour la garder en service.

Alcatraz a accueilli les détenus les plus dangereux du pays. Al Capone, George « Machine Gun » Kelly, Alvin Karpis (ennemi public n°1), Robert Stroud et Arthur « Doc » Barker y ont purgé leur peine.

Beaucoup des 1 576 prisonniers qui passèrent par Alcatraz y étaient détenus non pour leurs crimes, mais parce qu'ils refusaient de se conformer aux règles dans les autres prisons fédérales, étaient considérés comme violents ou présentaient de forts risques d'évasion. La vie à Alcatraz était très structurée, ce qui obligeait les détenus à suivre scrupuleusement les règles édictées. Ces derniers ne jouissaient que de quatre droits : avoir à manger, être habillés, être abrités et recevoir une assistance médicale en cas de nécessité. Cependant, les prisonniers disposaient de certains privilèges comme la possibilité de travailler, de correspondre avec l'extérieur et de recevoir des visites. Al Capone travailla par exemple à l'usine de textile et confectionna des uniformes. La prison possédait une bibliothèque et organisait des activités ludiques comme la peinture et la musique. Les détenus pouvaient jouer au baseball ou au softball quelques heures le week-end. Il était proposé aux détenus au comportement exemplaire de finir leur peine dans une autre prison fédérale du pays.

Durant les 29 ans d'opération de la prison de 1934 à 1963, 36 détenus ont essayé de s'évader lors de 14 tentatives différentes. Sur ces 36 évadés, 23 furent rattrapés, six furent tués par balle et trois se sont perdus en mer et ne furent jamais retrouvés. Deux prisonniers furent exécutés dans une chambre à gaz de la prison d'État de San Quentin (Californie) pour leur rôle dans la mort d'un gardien durant leur tentative d'évasion d'Alcatraz du 2 au 4 mai 1946, ce que l'on appela plus tard la bataille d'Alcatraz. Officiellement, aucun détenu n'est jamais parvenu à s'évader totalement d'Alcatraz en rejoignant le continent.

Los Angeles est la deuxième plus grande ville des États-Unis après New York. Elle est située dans le sud de la Californie, sur la côte pacifique. Les Américains l'appellent souvent par son diminutif, L.A. Cette ville est le siège du comté portant le même nom. Los Angeles signifie « les anges » en espagnol et ses habitants sont appelés Angelenos (quelquefois Angelinos) — les Angelins. Son nom complet est Pueblo de Nuestra Señora la Reina de Los Ángeles del Río de Porciúncula, c'est-à-dire « Le village de Notre-Dame la Reine des Anges de la rivière de Porcioncule ».

La population de la municipalité est de 3 833 995 habitants en 2008, alors qu'elle n'était que de 11 500 en 1887. Le comté rassemble 10 179 716 habitants alors que l'aire urbaine de Los Angeles compte environ 18,5 millions d’habitants, ce qui en fait la deuxième agglomération des États-Unis après celle de New York. Mais la municipalité propre de Los Angeles est relativement restreinte face à l'agglomération Angeline, même si elle est plus grande que New York et Chicago. Los Angeles est une ville olympique : elle a accueilli les Jeux deux fois (en 1932 et 1984). Mondialement connue pour son activité scientifique et culturelle, elle entend conserver son statut de ville-région mondiale. L. A. est cosmopolite et demeure l'un des points d'entrée d'immigrants les plus importants aux États-Unis

Hollywood Boulevard est la plus célèbre avenue d'Hollywood, un quartier de la ville de Los Angeles en Californie.

Hollywood Boulevard est l'un des hauts lieux du tourisme, il s'étend d'Est en Ouest de Vermont Avenue jusqu'à Sunset Boulevard. Il concentre à la fois le Walk of Fame, avec les fameuses étoiles des vedettes, le Grauman's Chinese Théâtre, l'El Capitan Théâtre et le Kodak Théâtre, où sont remis chaque année les oscars du cinéma. Devant le Grauman's Chinese Theater, nombre de stars ont immortalisé leur passage en laissant une empreinte des pieds et des mains dans du ciment frais.

Le Walk of Fame (« Promenade de la gloire ») est un trottoir très célèbre du quartier d'Hollywood à Los Angeles, recouvert de plus de 2000 étoiles. Sur celles-ci figurent les noms de célébrités de l'industrie du spectacle honorées par la Chambre de Commerce de Los Angeles.

Le Walk of Fame se trouve sur Hollywood Boulevard entre Gower Street et la Brea Avenue et sur Vine Street entre Yucca Street et Sunset Boulevard.

Chaque star se voit dédier une dalle carrée d'environ 80 cm de côté insérée dans le trottoir. Fabriquée dans un matériau à base de ciment imitant le marbre, chaque dalle présente, sur fond anthracite, une étoile rose à cinq branches au contour en laiton gravée du nom de la célébrité. Sous cette inscription, un emblème, lui aussi en laiton rappelle la catégorie dans laquelle la star s'est distinguée. Ces emblèmes sont les suivants :

  • une caméra, pour une contribution à l'industrie cinématographique,
  • un poste de télévision, pour une contribution à l'industrie télévisuelle,
  • une platine tourne-disque et son bras (vus de dessus) pour l'industrie musicale,
  • un microphone pour une contribution à l'industrie radiophonique,
  • un couple de masques de théâtre ancien (comédie et tragédie), pour une contribution théâtrale

Universals Studios Hollywood se situe sur une colline de Los Angeles, en Californie. Lieu mythique du cinéma, il a été aménagé en parc d'attractions (dont les thèmes principaux sont empruntés aux films de leur légendaire compagnie, comme Retour vers le futur, Jurassic Park, Terminator, La Momie, etc...) pour mieux permettre aux visiteurs de découvrir les richesses, les films et l'immensité de Universals Company.

L'attraction incontournable du parc, pour les amateurs de cinéma, est le Studio Tour, qui permet aux spectateurs d'accéder à la face cachée des films dont ils sont fans; le visiteur peut découvrir, alors qu'il est assis dans un petit train, les décors, les effets spéciaux et la conception d'un film. La visite dure une heure. Parmi les décors que l'on peut admirer et entendre commenter, il y a des immeubles new-yorkais qui ont servi de décor à plusieurs films, dont Bruce tout puissant; à découvrir aussi : Amityville, La Momie, Tremblement de terre, Fast and Furious, Psychose, La Guerre des Mondes, Desperate Housewives, une ville mexicaine, un décor européen, Le Grinch, Pirates des Caraïbes 3, une station de métro dangereuse, et bien plus encore ! Le passage avec King Kong a brulé en juin 2008. Il n'a pas été remplacé.

Le parc est très touristique et familial. Les enfants se feront une joie de se mouiller dans la Nickelodéon Blast Zone et aimeront tout particulièrement les zones de repos aménagées. Pour les adultes en quête de sensations fortes, ils pourront se prêter aux loopings de La Momie et pourront crier au final impressionnant de Jurassic Parc. Mais les cinéphiles sauront eux aussi trouver leur bonheur : le Studio Tour les émerveillera, les Special Effects leur feront découvrir tous les trucages utilisés dans le monde du cinéma, et l'Universal Animal Actor leur fera rappeler qu'il n'y a pas que des êtres humains au cinéma !

La rue commerçante, aménagée à la manière de Broadway, avec des magasins de souvenir, de cinéma, de musique, à thèmes, de vêtements, etc... Cette grande "avenue touristique et commerçante" (qui se situe à droite de l'entrée du parc) est décorée d'immenses affiches publicitaires avec différents logos, mais aussi de statues et de fresques, tout cela typiquement américain.

Les autres studios hollywoodiens se situant près d'Universals Studios (Warner Brothers, par exemple, qui vous proposera une approche plus ludique et plus "sérieuse" de leur parc.)

Le jeu vidéo "Universals Studios Theme Park Adventure", sortit en 2003 sur Gamecube, retranscrivant très librement les attractions présentes dans le parc (notamment "Jurassic Park : The Ride" et "Back to the Future : The Ride").

Las Vegas est une ville des États-Unis située au milieu du désert, dans le comté de Clark, dans l'État du Nevada. Les Mormons fondèrent, en 1855, la ville, qui devint, au début du XXe siècle, une bourgade agricole.

Grâce aux lois libérales en matière de jeux de l'État du Nevada, la ville a acquis une renommée mondiale pour ses casinos et ses revues. En raison de l'énorme capacité hôtelière de la ville (actuellement plus de 120 000 chambres d'hôtel, ce qui en fait la première ville hôtelière du monde), c'est aussi un endroit de choix pour l'organisation de grands congrès. Las Vegas est aussi le temple du shopping, en particulier avec ses grands centres commerciaux (le Fashion Show Mall, par exemple, situé sur le Strip).

Las Vegas est la plus grande ville du Nevada et une destination touristique de premier ordre. En 2004, la ville du jeu a accueilli 37,4 millions de visiteurs, dont 80 % en provenance de Californie.

Las Vegas est le siège du comté de Clark depuis 1909 (année de la création du comté). C'est également le siège d'un diocèse catholique. La population dans la commune est estimée à 569 753 habitants en 2008. Lors du recensement de 2000, la ville comptait 478 434 habitants. La population de son agglomération a été multipliée par trois en 20 ans et compte à présent 1 996 542 habitants. La région de Las Vegas fait face à un accroissement démographique si important que les pages jaunes de l'annuaire sont réactualisées deux fois par an

Deux événements contribuent au développement de la ville au début des années 1930 : l'aménagement du barrage Hoover, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud et la légalisation des jeux d'argent en 1931. La prostitution se développe et la ville devient mondialement connue lorsque des investisseurs construisent des hôtels-casinos dans le centre-ville et sur le Strip. Le Flamingo est l'un des premiers en 1946 suivi par le Desert Inn (1950), le Binion's (1951), le Sahara (1952), l'Hacienda (1956) ou le Tropicana (1957) ; le Mirage devient en 1989 le premier vrai complexe hôtelier à Las Vegas. Dans les années 1960-1970, le tourisme de masse augmente et contribue à la croissance économique de la ville. Cette dernière devient un centre de conventions dans les années 1980-1990

Las Vegas a un climat aride typique du désert de Mojave : chaque année, le mercure dépasse les 46 °C. Les hivers sont doux et venteux. La température moyenne annuelle est de 19,3 °C, le total des précipitations de 109 mm et Las Vegas jouit d'un ensoleillement de plus de 315 jours de soleil par an. Le record de chaleur enregistré fut de 55 °C le 24 juillet 1942.

Le 18 décembre 2008, la ville est recouverte par plus de 15 cm de neige. C'est seulement la cinquième fois depuis 1937 que l’on peut mesurer la hauteur de neige tombée sur la cité du jeu.

Las Vegas est mondialement connu pour ses casinos. La plupart de ceux-ci sont aussi des hôtels à grande capacité dont le casino est ouvert à tous (les jeux d'argent restent cependant interdits aux moins de 21 ans aux États-Unis). Les hôtels-casinos se répartissent sur deux zones :

  • Downtown, le centre-ville, avec les casinos les plus anciens et l'attraction lumineuse Fremont Street Experience.
  • Le Strip, parfois appelé aussi South Strip ou, officiellement, Las Vegas Boulevard, un long boulevard s'étendant du centre-ville vers le sud en direction de Los Angeles. C'est là que se situent les hôtels-casinos les plus grands, les plus récents et souvent les plus excentriques. Leur architecture, souvent à thème, est parfois saisissante. De nombreux hôtels du Strip comprennent aussi des salles de spectacles utilisées pour des concerts, spectacles de prestidigitation et autres numéros comme les productions du Cirque du Soleil

Quelques hôtels:

Le Circus-Circus (hôtel ou nous avons demeurez) est le tout premier hôtel à avoir présenté des jeux pour toute la famille, ce qui a permis aux adultes avec enfants de venir jouer à Las Vegas. Maintenant tous les hôtels possèdent des attractions pour les moins de 21 ans (âge légal pour pouvoir jouer aux jeux d'argent). Derrière l'hôtel, comme on peut le voir sur la photo, un parc d'attraction couvert contenant les plus grandes montagnes russes couvertes du monde et bien d'autres choses. Devant l'hôtel, on peut même faire du saut à l'élastique.

The venetian comme son nom l'indique, cet hôtel reprend comme thème la ville de Venise. Il comptait jusqu’à récemment 3 036 suites de 60 m² minimum mais une extension de 1 013 suites a été construite, la "Venezia Tower", portant le tout à 4 049 suites. Puis en 2007 a été construit The Palazzo, une nouvelle extension qui fait du Venetian le plus grand hôtel du monde avec plus de 7 000 chambres et suites. Il dispose également de 15 restaurants et pas moins de 150 boutiques. Il a coûté environ 2 milliards de dollars (sans l'extension). Il comprend également un musée de motos mais aussi et surtout le Guggenheim Museum of Las Vegas qui accueille de très grandes toiles venant, entre autres, du musée du Louvre à Paris et du musée de l'Hermitage de Saint-Pétersbourg.

The mirage l'hôtel a coûté 730 millions de dollars et propose 3 049 chambres. Dans l'hôtel, un aquarium de 90 000 litres environ et quelque 1 000 palmiers de 20 mètres de haut. L'intérieur est en marbre du sol au plafond.

Le Bellagio l'hôtel compte 3 933 chambres sur 35 étages. Cet hôtel de grand luxe a coûté plus de 1,3 milliard de dollars. Dans un style italien, il présente une grande galerie de boutiques de luxes. Devant l'hôtel, se trouve un grand lac sur lequel un spectacle de jets d'eau (plus de 75 mètres de haut) se joue en musique toutes les 20 minutes environ dès qu'il commence à faire nuit. Depuis peu, une nouvelle tour a été construite à côté du bâtiment principal.

Le New-York New-York cet hôtel propose 2 119 chambres sous la forme de répliques de douze bâtiments de New York, dont notamment l'Empire State Building sur 47 étages et environ 160 mètres de haut. Une grande montagne russe fait le tour de l'hôtel. La plus grande chute fait 64 mètres et on atteint en bas de celle-ci environ 110 km/h.

Date de dernière mise à jour : 24/08/2015